Se faire des amis

 Se faire des amis sur la galerie cadeau

1. Cohérent
On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre ! Pour se faire des amis, mieux vaut avoir le comportement que vous voudriez que les autres aient avec vous. En clair : ne faites à personne ce que vous n’aimeriez pas que l’on vous fasse.
2. Enthousiaste
Pour vous faire des amis, n’hésitez jamais à féliciter, à approuver, à encourager… mais, attention, que vos élans soient sincères et spontanés, sinon ce serait de la simple flatterie un rien « faux cul », et votre interlocuteur pourrait s’en rendre compte, devenant ainsi méfiant à votre égard.
3. Relisez « l’Emile », de Jean-Jacques Rousseau
« Le premier sentiment dont un jeune homme élevé soigneusement est susceptible n’est pas l’amour, c’est l’amitié. Le premier acte de son imagination naissante est de lui apprendre qu’il a des semblables, et l’espèce l’affecte avant le sexe ».
4. Soyez toujours clair
L’amitié se noue par un comportement marqué par la sincérité et le discernement, la clarté et le don, les convictions et l’authenticité, dans une relation d’accord réciproque, sans équivoque, jeux de pouvoir ou de rivalité.
5. Comportements
On trouve l’amitié quand on cherche et donne la fraternité, la sororité, la solidarité, de l’harmonie sous-entendue, de l’égalité complice et coopérative… car, au contraire de l’amour, il ne peut y avoir d’amitié sans réciprocité.
6. Changer
Quand je me désespère de ne pas trouver d’amis, il est temps pour moi de comprendre que lorsque j’agis comme j’ai toujours agi, je n’obtiens que ce que j’ai toujours obtenu.
7. Confiance
Pour rencontrer des amis, faites-vous confiance ; la seule difficulté est surtout liée à l’idée que vous vous faites de vous-même. Or, vous n’êtes pas que la somme de vos qualités, mérites et capacités ; vous êtes aussi la totalité de ce que vous n’avez pas encore laissé émerger de vous-même, enrichie de tout ce que vous pourriez être et dont vous n’avez pas encore idée.
8. Mesuré
Pour trouver des amis, évitez toutes critiques mal venues, car chacun de nous mesure la simplicité d’une personne en constatant la manière dont elle traite les autres. C’est bien ce que voulait nous dire Ambrose Bierce quand il écrivit : « Critiques : l’une des nombreuses méthodes qu’affectionnent les imbéciles pour perdre leurs amis ».
9. Paradoxe
Lorsque j’hésite à aller vers les autres, je ne suis pas en train de chercher des amis, je suis surtout occupé à avoir peur de ne pas en rencontrer.
10. Contradiction
Nous ne rencontrons pas d’amis très souvent par méfiance, après de mauvaises expériences, parce que nous avons peur et que, maintenant, nous manquons de confiance pour y croire vraiment. Or, il est très clair que « l’expérience, ce n’est pas ce qui arrive à un homme, c’est ce qu’un homme fait avec ce qui lui arrive » écrivait Aldous Huxley… Bref, pas simple tout ça !
11. Mes amis
Mes amis m’offrent le merveilleux cadeau de m’aimer tel que je suis, sans que je me sente obligé d’épouser leur manière d’être, ni leurs points de vue, leurs goûts et leurs couleurs.
12. Relisez Tahar Ben Jelloun
« Etre exigeant est une règle de base. Etre tolérant est un principe. Veiller sur l’état de l’amitié est un devoir. Penser à l’autre, savoir être présent quand il le faut, avoir les mots et les gestes qu’il faut, faire preuve de constance dans la fidélité, c’est cela l’amitié, et c’est rare ». « Eloge de l’amitié » Ed. Arléa
13. Osez le questionnaire de Proust
Posez-vous ces questions et posez-les à une personne avec qui vous aimeriez entrer en amitié :
Le principal trait de mon caractère.
La qualité que je désire chez un homme.
La qualité que je préfère chez une femme.
Ce que j’apprécie le plus chez mes amis.
Mon principal défaut.
Mon occupation préférée.
Mon rêve de bonheur.
Quel serait mon plus grand malheur.
Ce que je voudrais être.
Le pays où je désirerais vivre.
La couleur que je préfère.
La fleur que j’aime.
L’oiseau que je préfère.
Mes auteurs favoris en prose.
Mes poètes préférés.
Mes héros dans la fiction.
Mes héroïnes favorites dans la fiction.
Mes compositeurs préférés.
Mes peintres favoris.
Mes héros dans la vie réelle.
Mes héroïnes dans l’histoire.
Mes noms favoris.
Ce que je déteste par-dessus tout.
Caractères historiques que je méprise le plus.
Le fait militaire que j’admire le plus.
La réforme que j’estime le plus.
Le don de la nature que je voudrais avoir.
Comment j’aimerais mourir.
L’état présent de mon esprit.
Fautes qui m’inspirent le plus d’indulgence.
Ma devise.
14. Repère
Pour Christian Bobin : « Vous reconnaissez vos amis à ce qu’ils ne vous empêchent pas d’être seul, à ce qu’ils éclairent votre solitude sans l’interrompre ».
15. Faites le bon choix
Choisir ses amis, c’est comme choisir ses amours : avec le cœur, en accueillant sans préjugés. Les amitiés durables reposent toujours sur des sentiments et des émotions nobles, qui ont à voir avec ce qu’il y a de plus « haut » chez l’humain.
16. Evitez le mauvais choix
Fuyez les amitiés qui s’appuient sur l’apitoiement, échappez à ces personnes qui passent leur temps à dire combien elles souffrent, que leur vie est dure et que vraiment, ce monde ne mérite pas d’être aimé… Vous seriez pris(e) dans une relation pseudo-thérapeutique où l’un(e) s’épanche et l’autre console. Préférez les relations de compréhension, d’encouragement mutuel, de sincérité sans peur d’être jugé(e) où vous ne vous sentez pas obligé(e) d’écouter et de répondre sur le registre de la pitié.
17. Les amis de mes amis…
Attention aux jugements hâtifs : « On ne doit jamais juger les gens d’après leurs fréquentations ; Judas, par exemple, avait des amis irréprochables », nous rappelle Baudelaire.
18. Citation
« Commence déjà à être l’ami de toi-même, tu ne seras jamais seul ».
Sénèque
19. Saine résolution
Ne dites plus « tu », « vous » ou « on » lorsque vous parlez de ce que vous pensez ou ressentez. Ce défaut de langage nous fait dire « quand tu dois affronter tel problème… », ou « on ne sait pas comment faire pour…». Changez vos habitudes de langage et dites « je » : « quand je dois affronter tel problème », ou « je ne sais pas comment faire pour… ». Ainsi, en personnalisant votre propos, en témoignant de votre ressenti auprès de votre interlocuteur, vous créerez les conditions d’une relation vraie.
20. Remplacez le besoin par l’envie
Aimer les autres et s’en faire des amis, c’est quand je choisis qui, quand, comment et pourquoi. En avoir besoin, c’est quand je vais vers des situations que je ne désire pas, avec des gens que je n’ai pas choisis, avec qui je ne partage rien d’essentiel et de vrai ; ces liens sont basés sur le futile vide de sens ou, pire encore, le pouvoir et la soumission. Chaque fois qu’une rencontre n’a pour but que de remplir ma solitude, je cours le risque de la déception et, à plus ou moins long terme, le retour à la case départ de l’angoisse de l’isolement.
21. Evitez l’artifice
Pour trouver des amis, mieux vaut éviter les stratégies du genre : je ne montre pas vraiment qui je suis car, comme je n’aime pas vraiment ce que je suis – quelle qu’en soit la raison -, j’ai peur qu’on ne s’intéresse pas à moi ; donc, je présente une image de moi-même qui n’est peut-être pas la bonne mais dont j’ai la croyance qu’elle sera aimée par les autres… Grave erreur ! D’autant plus que, parfois, ceux que je rencontre sont aussi dans la même démarche. Partant de ce double jeu de dissimulation, comment penser établir une quelconque relation amicale sincère et durable ?
22. Conseil
Suggestion de Jean-Dominique Chiffre et Christine Rubaud : devenons « assertifs ou assertives ». Je suis assertif lorsque je suis dans « l’affirmation de soi », une démarche pratique qui s’apprend et qui me permet tous les jours d’être moi-même. Je suis assertif/assertive quand :
J’initie le contact et le dialogue
J’ose demander
J’essaye… au risque de me tromper
Je reconnais mes erreurs
Je dis mes sentiments, mes ressentis, mes préférences, mes désirs
Je dis mon désaccord
Je fais et/ou je reçois calmement un compliment
Je fais et/ou je reçois une critique fondée
Je parle positivement de moi
Je ne me sens pas obligé(e) de me justifier
Je choisis mes relations
Je suis conscient de mes qualités et vigilant sur mes défauts.
(…)
A lire : « L’affirmation de soi »– Ed. Bernet-Danilo
23. Relisez Francesco Alberoni
« Les amis se rencontrent et renouvellent leur amitié à chaque fois. Chaque rencontre représente un risque, l’enjeu est de le surmonter. L’amitié est la combinaison de rencontres réussies (…) Les amis ne sont pas des égaux qui ont un comportement réciproque égalitaire comme les moines ; ce sont des égaux qui ont un comportement réciproque personnalisé ».
« L’amitié », Ed. Pocket
24. Aimable
Pour que viennent des amis vers nous, commençons par être aimables… au sens où le définit Jean Giraudoux dans son roman « Ondine » : « Le seul homme digne d’être aimé est celui qui ressemble à tous les hommes, qui a la parole, les traits de tous les hommes, qu’on ne distingue des autres que par des défauts ou des maladresses en plus… ».
25. Citation
L’amitié naît quand une personne dit à une autre : « Quoi ! Vous aussi ? Je croyais être le seul ! »
C.S. Lewis, in « Surprised by Joy »
26. Soyez sympathique
Pour rencontrer des amis, évitez la sympathie qui cache une simple courtoisie ou même un désir de manipulation ; les gens sentiraient instinctivement la différence, un peu comme le comportement « commercial » de l’assureur qui tient absolument à placer un contrat. Quand nous allons vers les autres avec l’idée de rechercher leur amitié à tout prix, ils le sentent et se referment, sans toujours savoir pourquoi. Ils ne peuvent dire que : je ne le « sens » pas ; entendons : je ne le trouve pas sympathique.
27. Conseil
Les premières secondes d’une rencontre sont souvent déterminantes. Alors, n’oubliez jamais que « donner une première bonne impression » est une occasion qui ne se présentera pas une deuxième fois !
28. Sourire et regard.
N’hésitez pas à regarder votre interlocuteur pour lui dire, si c’est le cas, votre sympathie et votre désir d’entrer en relation avec lui. Avec le sourire, c’est la marque de la première étape pour entrer en amitié. Toutefois, restez nuancé : un regard fixe et intense est parfois reçu, entre hommes et femmes, comme une invite sexuelle ; en d’autres occasions, il risque d’être perçu sous forme d’animosité. Pour éviter tout malentendu, privilégiez le regard intermittent, bref et léger.
29. Proverbe Chinois 
« De même que le fleuve retourne à la mer, le don de l’homme revient vers lui ». Ainsi, pour rencontrer des amis, quand j’envoie des sourires, je reçois des sourires ; quand j’envoie du dédain…
30. Aidez-les à se dérider
La prochaine fois que vous serez face à la dame de n’importe quel lieu où les accueillants ont affaire au public, et qui, manifestement, s’ennuie ferme dans son travail, trouvez un mot gentil, prenez un peu de temps juste pour « papoter » deux minutes avec elle sur la photo de ses enfants posée sur son bureau ou la finesse de sa bague, et voyez sa réaction : surprise, puis sourire, puis détente, puis relation courtoise et souriante… En empruntant ce chemin de qualité de présence à l’autre, l’amitié n’est plus très loin.
31. Commencez la discussion
Prenez le « risque » de « briser la glace ». Très rares sont ceux qui n’accueillent pas ce « courage » avec un minimum de bienveillance, eux qui ne l’ont peut-être pas eu avec vous. Nous avons tous été, un jour ou l’autre, abordés de cette manière. Pourquoi ne pas s’en souvenir et essayer d’imiter celui ou celle qui a osé venir vers nous ? Vous verrez très vite, par les mots et l’ensemble des « signes » non-verbaux comme le sourire, le regard, les gestes… le désir de la personne de s’investir ou pas dans une conversation.
32. Pas trop !
Limitez-vous dans le plaisir de trop parler de vous-même ; il est à craindre que parfois votre interlocuteur, lui, n’en ait guère à vous écouter. Certes, vos ennuis vous sont un plaisant sujet de conversation ; toutefois, si vous désirez rencontrer des amis, ne confondez pas la démarche avec la recherche d’un thérapeute.
33. Mot d’auteur
« Parler est un besoin, écouter un art. »
Goethe
34. Apprenez à écouter
Entendre est une position de confort ; écouter, une disposition d’esprit. La différence est de taille. Entendre concerne le mental et la raison raisonnante ; écouter évoque l’accueil avec le cœur et le désir authentique d’être avec l’autre : seule l’ouverture du cœur est capable d’écouter pour comprendre l’énigmatique et imperceptible murmure de l’âme de mon interlocuteur. Plus prosaïquement : comment recevoir le message envoyé si je ne suis pas toutes écoutilles ouvertes ?
35. Bon conseil
« Si vous avez peur d’être seul, n’essayez pas d’avoir raison » écrivait Jules Renard. Il n’est pas « mal » en soi de vouloir reprendre une personne, tout est dans la manière, les circonstances et même le caractère de l’interlocuteur. C’est ce que voulait dire le poète suisse Jules Petit-Senn quand il écrivait : « Bien souvent, c’est avoir deux fois raison que de céder à quelqu’un qui a tort ».
36. Compromis ou compromission ?
Le compromis demande des concessions mutuelles lors d’une rencontre ; dans l’idéal, cela se fait dans un esprit où tout le monde est gagnant. La compromission impose en revanche un accord pour lequel je ne suis pas à l’aise du point de vue de mes intérêts, de la morale ou de mon éthique. Et l’expérience montre clairement que seul le compromis ouvre vers des possibilités d’évolution et vers l’amitié. Or donc, pour qu’une rencontre s’ouvre éventuellement sur une amitié, attachez-vous à ce qu’elle génère une discussion qui mène tout autant au débat que vers l’accord.
37. Conseil avisé
 « Il existe une loi de la vie humaine presque aussi certaine que la loi de la gravité. Pour vivre pleinement, nous devons apprendre à utiliser les choses et aimer les gens, plutôt que d’aimer les choses et d’utiliser les gens. »
John Powell
38. Relisez « Le Petit Prince »
Créer des liens d’amitié, c’est apprivoiser l’autre ; une sacrée responsabilité résumée par le Renard au Petit Prince : « …Si tu m’apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée. Je connaîtrai un bruit de pas qui sera différent de tous les autres. (…) Et puis regarde ! Tu vois, là-bas, les champs de blé ? Je ne mange pas de pain. Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c’est triste ! Mais tu as des cheveux couleur d’or. Alors ce sera merveilleux quand tu m’auras apprivoisé ! Le blé, qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j’aimerai le bruit du vent dans le blé… ».
39. Principe
En amitié comme dans tous les domaines de la vie, mentir n’est jamais nécessaire, rarement utile et toujours dangereux.
 
40. Comment naissent les amitiés
Quand Monsieur Martin mourut, comme tout le monde, il arriva à la porte de Saint Pierre qui l’accueillit et lui demanda s’il préférait aller en enfer ou au paradis : « Et pour t’aider dans ton choix », dit Saint Pierre, « je vais te montrer ».
Il amena tout d’abord Monsieur Martin en enfer : une grande salle de restaurant, les convives attablés devant des mets succulents, mais… pourvus de fourchettes bien trop longues, ils ne pouvaient mener les aliments à leur bouche.
Et le paradis ? Saint Pierre conduisit Monsieur Martin vers une autre salle de restaurant, avec des convives là aussi attablés devant des mets tout aussi succulents, et… chacun disposait aussi de bien trop longues fourchettes.
La différence ? Au paradis, chacun prenait un peu de nourriture dans l’assiette de son vis-à-vis et l’aidait à manger avec sa grande fourchette.
41. Poésie
Lorsque nous n’osons pas aller vers les autres, devenons comme Victor Hugo qui se réjouissait que les épines aient des roses !
42. Principe
Ce ne sont pas les circonstances qui influencent ma capacité à rencontrer des gens et que certains deviennent mes amis, ce sont mes décisions.
 
43. Mise au point
Lors d’une rencontre qui pourrait bien s’ouvrir sur une amitié :
entre ce que je pense,
ce que je veux dire,
ce que je crois dire,
ce que je dis,
ce que vous voulez entendre,
ce que vous entendez,
ce que vous croyez comprendre,
ce que vous voulez comprendre
et ce que vous comprenez,
il y a au moins neuf possibilités de ne pas s’entendre.
Principe général enseigné lors de très nombreux séminaires de communication.
44. Relisez « Le Prophète »
« (…) Votre ami est votre besoin qui a trouvé une réponse. Il est le champ que vous semez avec amour et moissonnez avec reconnaissance. Il est votre table et votre foyer. Car vous venez à lui avec votre faim, et vous cherchez en lui la paix. Lorsque votre ami parle de ses pensées vous ne craignez pas le « non » de votre esprit, ni ne refusez le « oui ». Et quand il est silencieux votre cœur ne cesse d’écouter son cœur ; car en amitié, toutes les pensées, tous les désirs, toutes les attentes naissent et sont partagés sans mots, dans une joie muette. Quand vous vous séparez de votre ami, ne vous désolez pas ; car ce que vous aimez en lui peut être plus clair en son absence, comme la montagne pour le randonneur est plus visible vue de la plaine. Et qu’il n’y ait d’autre intention dans l’amitié que l’approfondissement de l’esprit. Car l’amour qui cherche autre chose que la révélation de son propre mystère n’est pas l’amour, mais un filet jeté au loin : et ce que vous prenez est vain. Et donnez à votre ami le meilleur de vous-même. Et s’il doit connaître le reflux de votre marée, laissez-le connaître aussi son flux. Car qu’est-ce que votre ami si vous venez le voir avec pour tout présent des heures à tuer ? Venez toujours le voir avec des heures à faire vivre. Car il est là pour remplir vos besoins et non votre néant. Et dans la tendresse de l’amitié qu’il y ait le rire et le partage des plaisirs. Car dans la rosée de menues choses le cœur trouve son matin et sa fraîcheur ».
45. Diplomate
L’amitié naît du respect que je porte à ce que pensent mes interlocuteurs. Aussi, je me dois de trouver les bonnes formules pour désamorcer les rapports qui pourraient se tendre : « J’entends bien ce que vous me dites, pourtant ne serait-il pas envisageable d’avancer que… », « je trouve ce que vous dites très intéressant, quoique pour ma part, je pense que… », « je n’y avais pas encore réfléchi en ces termes car je croyais plutôt que… ». Point d’hypocrisie dans ces tournures, seulement le message que j’ai bien compris ce que me dit l’autre et que, pour autant, je pense différemment mais que je suis prêt à revoir mon avis sur la question.
46. Les 1.000 et 1 secrets pour être heureux
« …rien ne se fera jamais sans vous ni contre vous. Au contraire même : si vous ne vous impliquez pas, si vous ne vous engagez pas, aucun échange ne sera possible entre vous et les autres, entre vous et le monde. Nous vivons en effet dans une réalité qui implique sans cesse le mouvement, à tous les étages de l’existence. Ce qui est vrai du corps l’est aussi du cœur, et ce qui vaut pour l’esprit vaut également pour « l’âme » (…) Vivre, c’est en effet offrir et accueillir, donner et recevoir, grandir sans cesse et toujours en partage… »
In : « Les 1.000 et 1 secrets pour être heureux » Philippe Olivier – Ed. de Vecchi
47. Suggestion
Offrez votre amitié : évaluez ce que vous avez à donner et puis donnez-le ; peu importe ce que c’est – du temps, de l’attention, des biens matériels…-, car lorsque chaque don est offert, il aide à compléter le tout. N’attendez pas que les autres demandent votre assistance, donnez volontairement ce que vous avez. Ce faisant, vous verrez où cela s’emboîte dans le tout, comme la pièce d’un puzzle qui, lorsqu’elle est mise en place, complète l’image.
48. Utilisez votre difficulté pour en faire une force
Vous êtes timide ? Vous rougissez trop facilement ? Témoignez de votre ressenti ! Quand vous sentez le fard monter aux joues, attestez de votre trouble en disant par exemple : « je suis très timide et je rougis très facilement ». Soyez certain(e) que votre interlocuteur sera touché à la fois par votre sincérité et par le désarroi que vous confiez ; vous le verrez alors prendre toutes les précautions possibles pour vous mettre à l’aise et vous aider à retrouver votre calme. Et, de votre côté, de vous être ouvert(e) sur votre ressenti va en diminuer grandement l’intensité. De grâce, avant de dire non, essayez au moins deux ou trois fois.
49. Poésie
« Je souffle à tes oreilles ces mots qui te font m’aimer. Je respecte tes silences et j’entends ta réserve. Je dis mes émotions sans te juger et préserve tes rêves… Je ne suis pas seul, je suis avec toi. Léger, léger, léger… Je redonne à la parole son pouvoir de séduction pour mieux me faire désirer. En te parlant, je fais plus que dire, je t’écoute. »
In : « Se faire des amis et les garder » Pascale de Lomas, Ed. Hachette pratique
50. Principes
Pour rencontrer des amis, nous devons nous montrer ouverts aux hasards que nous propose la vie, accepter que nous ne pouvons pas tout maîtriser, ni programmer, nous montrer bienveillants au regard d’un(e) passant(e), offrir notre sourire à un enfant, s’amuser du lent rythme d’un vieillard, dire bonjour au monsieur de l’autobus, ou même s’effacer devant la dame qui monte l’escalier… Pour rencontrer des amis, mieux vaut que je me montre moi-même amical(e) et accueillant(e). Pourriez-vous devenir l’ami(e) d’une personne au regard méprisant et au comportement de goujat ?

 

Et ci-dessous, quelques « bonus » que vous pourrez choisir en remplacement de propositions déjà présentées et qui n’auraient pas reçu votre agrément…
51. Restez connecté
Quand vous vous installez à la terrasse du café, à votre place de train ou sur un banc du square, surtout n’oubliez pas de sortir votre portable et de le laisser à portée de main au cas où… De plus, ne manquez pas de vous plonger dans la lecture du journal ou d’un bon gros roman… Et ne négligez pas l’indispensable MP3 et ses élégants écouteurs pour vous isoler dans la musique… Ainsi, vous serez un « urbain » d’une rare modernité et vous aurez toutes les chances de ne jamais rencontrer personne, surtout pas des amis !
52. Mémoire
Pour vous donner toutes les chances de devenir son ami(e)… en tout premier lieu, souvenez-vous de son nom ! Car, nous sommes tous ainsi faits que notre nom est pour nous le mot le plus agréable et le plus important de tout le vocabulaire.
53. Relisez Françoise Parturier
« Une loi naturelle veut que l’on désire son contraire, mais que l’on s’entende avec son semblable. L’amour suppose des différences. L’amitié suppose une égalité, une similitude de goûts, de force et de tempérament ».
In : « L’amour des animaux et de quelques idées » Ed. Albin Michel
54. Mea culpa
Quand vous savez que vous avez dit une « énormité » ou que votre comportement n’a pas été très élégant, faites très vite amende honorable en vous excusant. En prenant courageusement les devants, le blâme que vous vous infligez à vous-même sera moins amer que les éventuels reproches que ne manquera pas de vous adresser votre interlocuteur. Et en disant vous-même les choses déplaisantes que l’autre personne allait exprimer, vous la désarmerez. Il y a fort à parier qu’elle adopte alors une attitude généreuse et clémente et qu’elle ferme les yeux sur vos fautes. Reconnaître ses erreurs est le signe d’un homme ou d’une femme honnête et lucide, dont l’humilité pourrait bien être une des qualités qui séduisent de futurs amis.
55. Bon sens populaire
Si tu veux récolter du miel, ne bouscule pas la ruche !
56. Précaution
Quand vous vous adressez à un homme ou à une femme, n’oubliez jamais que vous ne parlez pas à un être « logique » ; vous parlez à un être pétri d’émotion, à une créature toute hérissée de préventions, menée plus ou moins consciemment par son orgueil et son amour-propre… exactement comme vous !
57. Relisez Confucius
« Trois sortes d’amitiés sont avantageuses et trois sortes d’amitiés sont nuisibles. L’amitié avec un homme qui parle sans détours, l’amitié avec un homme sincère et l’amitié avec un homme de grand savoir, ces trois sortes d’amitiés sont utiles. L’amitié avec un homme habitué à tromper par une fausse apparence d’honnêteté, l’amitié avec un homme habile à flatter, l’amitié avec un homme qui est un grand parleur, ces trois sortes d’amitiés sont nuisibles ».
« Entretien du Maître avec ses disciples » Ed. Mille et une nuits
Sur la galerie cadeau, vous trouverez de la gravure pendentif sur des bijoux pas cher en plaqué or et en argent ou encore de l’impression sur des tee shirt et des articles personnalisés à offrir en cadeau personnalisé original pour noel ou la saint valentin.